Les cimetières



Au sud de la ville, le cimetière européen situé ici sur ce plan de 1886.
(Guides Joannes)

Le premier cimetière européen de la ville se situait non loin du rivage au sud de l'agglomération comme nous l'indique ce plan daté de 1886. 
Petit carré soigneusement entretenu par le révérend père Augustin de Reggio, il n'était pas cependant à l'abri des bêtes sauvages et demeurait difficilement accessible. Le valeureux capucin se mit à la tâche et créa lui-même un chemin d'accès carrossable ainsi qu'un mur d'enceinte qui protégea ce lieu de repos des premiers chrétiens de la ville.
Ce premier cimetière fut cependant désaffecté et reporté près du cimetière juif.


Le cimetière juif.
(CPA - ND photo n°59 - Coll. Ch. Attard)

Un peu plus à l'ouest, se constituait le cimetière israélite de la ville.
Les veilles de Roch Hachana, la communauté juiv de la ville y venait honorer ses morts.

Alors que les vastes cimetières musulmans avait de toute éternité ou presque leurs places au nord de la cité comme nous le confirme le même plan de 1886, établi par les services topographiques du Ministère de la guerre français.
Certains de ces cimetières étaient entretenus avec soin, nous dit  Victor Guérin qui visite la ville en 1862. Les tombes étant régulièrement reblanchies à la chaux. Cependant, désaffectée une partie de ces cimetières fut attribuée aux constructions ferroviaires, gare et entrepôts.

Le cimetière arabe sur cette très belle carte postale.
(CPA - LL n°9 - Coll. Ch. Attard)

La zone du cimetière arabe au Nord de la ville. 

Le cimetière arabe à nouveau.
(CPA - PS n°13 - Coll. Ch. Attard)

(CPA - LL n°4 - Coll. Ch. Attard)